Buy Now Pay Later.
Everything should be ecodesign

Comment diminuer l’impact écologique tout au long du cycle de vie d’un produit?  
Une expo éco-conçue (à partir de ressources locales), open-source et réplicable dans toutes les villes.  

Ecodesign has a single obsession: reducing the ecological impact throughout the entire life cycle of a product. An eco-designed and open source exhibition based on local ressources.

Scénographie, concept, textes, images, videos
©Laurence Soetens, Food fiction | webfiction.be

Buy Now Pay Later est le slogan du crédit personnel et le symbole de la consommation insouciante et aveugle. Le slogan consumériste est ici détourné de son cadre habituel pour nous mettre face à une réalité très pragmatique. Et si l’on calculait l’impact de chaque produit acheté maintenant pour estimer le coût écologique à payer plus tard? Peut-on encore faire de la politique sans parler d’écologie? De même, peut-on encore produire un objet sans aborder la question de l’empreinte écologique. Evidemment que non. Tout objet devrait être éco-design. Pour sortir de l’impasse de l’économie linéaire dans laquelle les déchets s’accumulent, il est nécessaire de concevoir des produits qui puissent facilement être réutilisés, réparés, réinventés et recyclés.

Dans la logique éco-design, l’impact environnemental se décide avant la conception d’un objet. Le produit est remis en question et son coût écologique est calculé à chaque étape de son cycle de vie avec l’objectif d’opérer les meilleurs choix possibles en terme de matériaux, de fabrication, de transport, de fonctionnalité, d’usage et de fin de vie.

EN

Buy Now Pay Later is the slogan for consumer credit and the symbol of blind, thoughtless consumption. Here, the slogan is displaced from its ordinary context to confront us with a stark, pragmatic reality. What if we were to calculate the impact of every product bought today in terms of the ecological price to be paid later on? Can political life still be approached without an ecological perspective? Equally, can we still manufacture an object without addressing the issue of its ecological footprint? Obviously not. Every object should be ecodesign. Breaking the deadlock of the linear economy in which waste continues to accumulate necessitates designing products that can easily be reused, repaired, reinvented and recycled.

The ecodesign approach means determining a product environmental impact before it is designed. The product is critically assessed and its ecological cost is calculated at each stage of its life cycle, with the aim of making the best possible choices in terms of materials, manufacturing, transport, functionality, use and end of life.

THE PRINCIPLES OF ECODESIGN

BYE BUY!

Une voiture est stationnée 90% de son temps. Le temps moyen d’utilisation d’une perceuse est de douze minutes sur toute sa durée de vie. N’est-il pas logique de désencombrer les caves, greniers et débarras et de rendre ces objets peu utilisés accessibles à plusieurs utilisateurs? Partager permet de produire moins d’objets. L’écodesigner intègre si possible le principe d’économie de fonctionnalité qui consiste à proposer la vente d’un service (l’usage d’un bien) plutôt que la vente du bien matériel lui-même. Et si devant le pression des consommateurs, les industriels arrêtaient de fabriquer avec l’objectif de vendre toujours plus et privilégiaient un modèle économique basé sur la fourniture d’un service lié à l’utilisation? Les marques resteraient propriétaires des produits et les objets sortis des usines seraient plus robustes, facilement réparables et plus modulables. Ce serait la fin de l’obsolescence programmée.

EN

A car spends 90% of its time parked. The average time that a drill is used throughout its entire life cycle is 12 minutes. Would it not be logical, therefore, to de-clutter basements, attics and storage rooms and make these little-used objects accessible to multiple users? Sharing allows fewer objects to be manufactured. Wherever possible, the ecodesigner will integrate with the principle of economy of functionality that consists of offering a service (the use of an item) for sale rather than selling the physical object itself. And what if, under pressure from consumers, industrial companies stopped manufacturing with the goal of constantly selling more and adopted an economic model based on providing a service according to use? The brands would remain the owners the products and the objects coming out of the factories would be more robust, easily repairable and more flexible. It would be the end of planned obsolescence.

COLOR LESS

Le choix des matériaux dépend de l’environnement dans lequel le produit sera utilisé, de la fréquence et de son temps d’utilisation, du nombre de pièces à fabriquer et du prix de vente ciblé par l’entreprise. L’éco-designer privilégie des matières dont l’impact environnemental est le plus faible. Il cherche des alternatives aux substances nocives et aux matériaux énergivores et utilise des matières premières recyclées et recyclables. Pour les plastiques, l’éco-designer préfère les matières transparentes qui sont 100% recyclable sans perte dequalité. Il évite les plastiques peints plus encore que les colorés. Les plastiques colorés sont mélangés lors du recyclage et la matière qui en résulte a une couleur grisâtre rejetée par la plupart des fabricants. Quant aux plastiques peints ou mélangés à d’autres matières, ils sont brûlés parce qu’ils ne se recyclent pas.La majorité des plastiques peuvent être transformé à des températures se situant entre 150-250°C. Le verre et les métaux demandent des températures beaucoup importantes pour être recyclés (environs 1000°C pour une bouteille, 1500°C pour le fer, l’acier ou l’Inox et 600°C pour l’aluminium).

EN

The choice of materials depends on the environment in which the product will be used, the frequency and duration of use, the number of parts to be manufactured and the company’s intended selling price. The ecodesigner favours materials with the lowest environmental impact, looking for alternatives to harmful substances and high energy consumption materials, using raw materials that are recycled and recyclable. For plastics, the ecodesigner prefers transparent materials that are 100% recyclable without loss of quality, avoiding painted plastics even more than coloured plastics. Coloured plastics are mixed during recycling and the resulting material has a greyish colour, which is rejected by most manufacturers. As for plastics that are painted or mixed with other materials, these will be incinerated, as they cannot be recycled. The majority of plastics can be processed at temperatures of between 150-250°C. Glass and metals require much higher temperatures to be recycled(around 1000°C for a bottle, 1500°C for iron, steel, or stainless steel and 600°C for aluminium)

 

BUY LESS CHOOSE WELL

Un objet doit être conçu en tenant compte qu’il devra être réparé. Il doit être possible de le démonter facilement pour atteindre une pièce à remplacer. Les vis doivent être visibles et universelles et le système de fixation suffisamment solide pour résiter aux manipulations. Des pièces de rechange doivent être prévues. Avant d’acheter un produit, il est important de se renseigner sur la disponibilité de ces pièces. Un produit mal conçu pour le démontage coûtera tellement cher en réparation qu’il sera jeté.

EN 

When an object is designed it should be kept in mind that it may need to be repaired. It should be easy to dismantle the object to reach a part that needs to be replaced. The screws should be visible and universal and the fastening system should be solid enough to withstand manipulation. The spare parts should be provided. Before buying a product, it is important to get information on the availability of these parts. A product that is poorly designed for dismantling will end up costing so much to repair that it will be thrown away.

HELLO WORLD!

Hello world! sont les premiers mots traditionnellement écrits par les programmes informatiques. Ces deux mots sont le symbole de l’interconnectivité mondiale. D’un seul clic, nous échangeons, partageons, papotons, ‘émotiquons’ sans avoir besoin de papier, de timbre, de téléphone. Le transfert d’impact du numérique est pourtant bel et bien présent. Il est même est carrément inquiétant à l’échelle de la planète. En diminuant l’impact écologique de l’une des étapes du cycle de vie d’un produit, il faut veiller à ne pas déplacer la pollution vers une autre étape de son cycle de vie. Les mails et les recherches sur le web ont un coût écologique, l’ampoule économique est polluante et dangereuse, les batteries des voitures électriques sont  gourmandes en ressources naturelles et se recyclent difficilement.
L’éco-designer analyse à l’échelle mondiale, les transferts d’impacts d’un produit afin d’opérer les meilleurs choix écologiques possibles.

EN

Hello world! These are the first words traditionally written by computer programs. These two words symbolise global interconnectivity. In a single click, we can interact, share, chat and ‘emote’ without the need for paper, stamps or telephone. The digital world nevertheless does have an environmental impact. It is even cause for real concern on the global scale. By reducing the ecological impact of one of the stages in the life-cycle of a product, we must be careful not to displace the pollution to a different stage in its life-cycle. E-mails and Web searchers do have an ecological cost, energy-saving lightbulbs are polluting and dangerous, batteries for electric cars gobble up large amounts of natural resources and are difficult to recycle. The ecodesigner analyses, on a global scale, the impact transfers of a product in order to find the most possible ecological options .